mercredi 22 avril 2015

L'homme idéal... ou presque, Kristan Higgins

Titre français : L'homme idéal... ou presque
Titre original : Catch of the day
Auteur :
Kristan Higgins
Résumé : Si Maggie devait faire la liste de tout ce qui la rend très heureuse dans la vie, ce serait :
le Joe’s, le restaurant plein de charme qu’elle dirige – une véritable institution pour les 1 407 habitants de Gideon’s Cove* ;
une famille (presque toujours) aimante, et surtout une sœur jumelle avec laquelle elle partage une entente et une complicité à l’épreuve de tous les chocs de l’existence ;
un chien qu’elle adore ;
des employés fidèles et dévoués – quasiment une deuxième famille.
Déjà pas mal, n’est-ce pas ?
Pourtant, si elle en avait le pouvoir, Maggie ajouterait volontiers une dernière petite chose à cette liste : un homme très amoureux d’elle, qu’elle aimerait aussi à la folie, et avec lequel elle vivrait un bonheur conjugal à faire pâlir d’envie toute la population féminine de Gideon’s Cove. Hélas, entre son amour impossible et malencontreux pour le père Tim, le prêtre de la paroisse, ses blind dates catastrophiques et sa liaison torride avec Malone, ténébreux et mutique pêcheur de homards, elle doute de pouvoir un jour y parvenir…
Source : http://www.livraddict.com/biblio/book.php?id=81291


Avis personnel

Reçu à Noël, « L'homme idéal... ou presque » n'a pas fait long feu dans ma PaL. Je venais de sortir de deux déceptions et il ne fallait pas que j'enchaîne avec une troisième donc j'ai misé sur un livre de Kristan Higgins. Comme vous le savez, elle est devenue mon auteur chouchou depuis cet été, j'ai adoré tous les livres d'elle que j'ai lu. Et « L'homme idéal... ou presque » ne fait pas exception.

Maggie a la trentaine, est célibataire et propriétaire du seul diner de Gideon’s Cove. Malgré la présence de son chien d'amour Colonel, elle se sent seul et aimerait connaître la joie du grand amour et de la maternité, comme sa sœur jumelle le connaît. Mais elle n'a pas cette chance. Déjà, essayez de trouver un homme célibataire à 20km à la ronde, très dur. Maintenant, ne prenez que les hommes célibataires sans problèmes, la liste est presque vide. Maggie désespère, surtout que sa mère la serine qu'elle va finir vieille fille et qu'elle n'a pas un boulot convenable. Puis, un nouvel homme arrive en ville : Tim. Il a tout pour lui et Maggie s'entend de suite très bien avec lui, pense même qu'il flirte avec elle. Le lendemain, toute la ville est au courant qu'elle pourrait très bien avoir trouvé l'âme sœur. Seul inconvénient qu'elle découvrira trop tard, il est le nouveau prêtre de la ville, le rendant complètement inaccessible. Mais Maggie se complaît dans son amour à sens unique pour Tim. Va-t-elle comprendre que l'amour n'est peut-être pas là où elle l'attendait ?

J'ai eu du mal à écrire ce résumé, peur de trop en dire et peur de ne pas en dire assez pour vous rendre curieux.

Comme dans tous ses livres, j'ai de nouveau trouvé que Kristan Higgins menait son histoire d'une main de maître. On suit Maggie au fil de sa vie, de son boulot et de ses diverses rencontres et on apprécie ce qu'on lit. Il y a eu quelques passages un peu long, qui n'était pas nécessaire à l'histoire mais qui permet de s'immiscer un peu plus dans son monde.
Par contre, une chose est sûre : Kristan Higgins sait comment me faire pleurer. Je ne m'y attendais pas. Mais alors vraiment pas à ce qu'elle nous a fait et... ça fait mal. J'ai passé 20 pages avec la vue embuée par les larmes.

Maggie a su m'emmener avec elle et me faire vivre son histoire comme si c'était la mienne. J'ai adoré la façon dont l'auteur a décrit Maggie et toutes les scènes honteuses dans lesquelles elle réussit à se fourrer. J'ai adoré ce côté d'elle.
Tim... j'ai un sentiment mitigé par rapport à son personnage. Au début, je l'ai bien aimé, le rôle qu'il tenait et sa façon de réagir était amusante. Puis, au fur et à mesure, j'ai trouvé qu'il en profitait un peu et ça m'a agacé.
Malone est un personnage assez mystérieux, que j'ai eu beaucoup de mal à cerner. Dommage qu'on ne l'ait pas vu plus souvent, même si chaque scène où il apparaît, ça vaut le détour.
Un personnage que j'ai détesté du début à la fin a été la mère de Maggie. Qu'est-ce qu'elle a pu m'énerver avec ses réflexions. D'habitude, la mère est agaçante sur une bonne partie du livre mais elle se fait pardonner à la fin. Là, rien n'était possible avec elle.
Le frère et la sœur de Maggie ont apporté un petit peu de fraîcheur aux personnages secondaires.

Alors, je ne sais pas si c'est parce que je n'ai pas encore trente ans ni rien, mais j'avoue que le fait que Kristan Higgins décrive à chaque fois son héroïne comme « le célibat me dérange pas tant que ça mais j'aimerais quand même trouver chaussure à mon pied et avoir des enfants » un peu réducteur vis-à-vis de l'héroïne. Là où Maggie, ou Chastity (« Amis et rien de plus ») ou Callie (« L'amour et tout ce qui va avec ») ou Grace (« Trop beau pour être vrai ») ne cherchent que l'homme de leur vie pour fonder un foyer, je préfère Poppy (« C'est toi que j'attendais »), qui vit d'abord pour son métier et après chercher l'homme de sa vie, mais sans en faire la priorité absolue.


Pour résumer, encore un triomphe pour Kristan Higgins. Elle écrit des romances d'une main de maître et je n'ai pu que me laisser emporter par « L'homme idéal... ou presque ». Laissez-vous tenter par l'expérience.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire