dimanche 25 mai 2014

La rédemption d'Althalus, David et Leigh Eddings


Titre du livre : La rédemption d'Althalus
Titre original :
The redemption of Althalus
Auteur :
David et Leigh Eddings
Résumé : Le voleur Althalus a toujours réussi à échapper à la potence. Mais quand le vent tourne, il faut savoir s'adapter. Voilà qu'on lui propose une curieuse mission : aller récupérer dans la Maison au Bout du Monde le mythique grimoire de Deiwos. Et selon Émeraude, une chatte qui parle, il n'en ressortira qu'après en avoir compris les enseignements et empêché Daeva, le frère maléfique de Deiwos, de... défaire le monde !
Source : http://www.livraddict.com/biblio/book.php?id=4106

Avis personnel

Après avoir parlé avec une bloggueuse (Alicia de Accrocdeslivres) de la Belgariade/La Mallorée de David et Leigh Eddings, j'avais envie de repartir dans leur univers. J'ai voulu relire toute la saga de l'univers de la Belgariade mais 14 tomes, cela faisait beaucoup pour une relecture « coup de tête ». Puis, je me suis souvenue que j'avais lu « La Rédemption d'Althalus » qui ne fait que 2 tomes et m'avait beaucoup plu à l'époque, donc me voilà avec une relecture que j'ai adoré plus que je ne l'aurais pensé. C'est fou comme on peut oublier des choses après plus de 5 ans sans l'avoir lu. Je me souvenais de l'histoire, de certains des personnages mais pas de tous et ça a été un délice de les retrouver.

Althalus est un voleur renommé dans les montagnes : depuis tout petit, la chance le suit partout et lui permet de réaliser tous les larcins qu'il souhaite. Un jour, il souhaite « alléger » les nobles des basses terres, au sud des montagnes. De cité en cité, il semblerait que sa chance l'ait quitté, aucun succès n'est à sa portée, il se sent misérable : comment va-t-il survivre s'il n'arrive plus à voler subtilement ? C'est à ce moment qu'on lui offre une mission qui pourrait lui permettre de faire revenir sa chance de son côté et, bien entendu, de gagner de l'or. Sa mission : récupérer le grimoire de Deiwos, l'un des trois Dieux, dans la maison appelé « la Maison au Bout du Monde ». Mais il ne s'attendait pas à ce qu'il allait trouver dans la Maison, ni que sa vie allait en être changé à jamais.

Comme je l'ai dit au début, cela faisait plus de 5 ans depuis que j'avais lu « La Rédemption d'Althalus » pour la première fois. J'avais oublié une bonne partie de l'intrigue. La relecture m'a permis de voir un défaut : c'est le même schéma qui est répété que dans la Belgariade. Les Dieux sont en discordes et ils ne peuvent qu'utiliser les humains pour régler leur conflit. Bien entendu, il y a deux camps, les gentils et les méchants. Les gentils arrivent toujours à avoir un coup d'avance. Ce sont des défauts mais si cela ne concerne que ces deux sagas, je pense qu'on peut pardonner.
L'histoire est assez simple : les Dieux sont en désaccord : Daeva veut absolument être le Dieu du monde entier, Dweia ne veut pas qu'il détruise tout ce qui existe et dont elle est responsable. Pour règler ce problème, chacun de leur côté, ils recrutent des gens aux talents spéciaux pour s'affronter. Ce que j'aime avec les Eddings c'est que leurs intrigues regroupent tous les côtés que j'aime : de l'humour, de la romance, de la stratégie, des complots, des subterfuges, des guerres, etc. Et ce roman n'y échappe pas. Pour moi c'est un pur bijou. Tout l'univers qu'ils ont crée m'a enthousiasmé.
 Là où les auteurs sont des purs génies pour moi ce sont par rapport à leurs personnages. Ils sont tous excellents ! On en suit une dizaine et chacun a sa propre personnalité et quelle personnalité! Il ne nous faut même pas un livre entier pour connaître tous les protagonistes sur le bout des doigts, pour rigoler à leurs sous-entendus, à se sentir comme l'un des leurs. Et pour moi c'est le plus important, si le lecteur n'arrive pas à se sentir dans l'univers, à se sentir inclus par les personnages, la lecture va être plus difficile (comme j'ai pu le voir avec les dernières livres que j'ai lu). J'ai adoré le côté mauvais garçon d'Althalus, le côté maternel d'Emmy, l'intelligence innocente de Gher, le tortueux Bheid, l'humour et l'intelligence de Khalor, etc. Je ne vais pas tous les citer car la liste serait très longue, même les personnages plus « secondaire » m'ont conquise. Je pense que je ne peux pas dire plus pour vous convaincre à quel point j'adore tout ce petit monde. Je me suis esclaffée toute seule devant mon livre en lisant certaines répliques. Ce livre regorge de pépites.

Pour résumer, je conseille à tout ceux qui aiment la fantasy « légère » de lire ce livre. L'histoire tient la route et regorge de rebondissements. Les personnages sont une mine d'or. Jetez-vous dessus !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire