lundi 27 mai 2013

Sense and sensibility, Jane Austen


Titre original : Sense and sensibility
Auteur : Jane Austen
Résumé : (Risque de spoilers !)Unfairly deprived of their family inheritance by the grasping Mrs John Dashwood and her husband, Elinor and Marianne Daswhood and their mother find themselves in greatly reduced circumstances.
Compelled to leave Norland in Sussex for Barton Cottage in Devhonshire, the two sisters are soon accepted into their new society. Marianne, whose sweet radiance and open nature charm the roguish John Willoughby, is soon deeply in love. Elinor, whose disposition is more cautious and considered, who carefully conceals her emotions, is suffering the loss of Edward Ferrars whom she has left behind.
Despite their very different personalities, both sisters experience great sorrows in their affairs of the heart : Marianne demonstrably wretched and Elinor allowing no one to see her private heartache. It is, however, the qualities common to them both – discernment, constancy and integrity in the face of the fecklessness of others – that allow them to entry a new life of peace and contentment.



Avis personnel :

Lorsque j'ai découvert il y a quelques années « Pride and Prejudice » de Jane Austen, j'ai adoré son univers. J'avais lu plusieurs fois le livre, vu encore plus de fois le film de 2005 ainsi que la série de la BBC. J'ai également vu le film « Jane » avec Anne Hathaway et James McAvoy et « Sense and sensibility » (« Raisons et sentiments » en français) avec Emma Thompson et Kate Winslet. J'ai adoré ! Je me suis donc lancée un petit défi personnel : lire toutes les œuvres de l'auteur britannique ! Comme j'avais vu le film et  que j'avais aimé l'histoire, je me suis dit que je pouvais tout aussi bien commencer par « Sense and Sensibility ».

Je trouve que la quatrième de couverture (comme pour Pride and Prejudice d'ailleurs), donne beaucoup trop d'informations sur la teneur de l'histoire. Encore, pour Sense and sensibility, on a pas le dénouement. L'histoire commence avec la mort de Mr Henry Daswhwood. Son héritage revient de droit à son fils John Dashwood qui décide, sous les conseils de sa femme, de ne donner qu'un très petite part de cet héritage à la seconde femme de son père et ses filles, Elinor, Marianne et Margaret. De ce fait, elles doivent quitter Norland, la demeure dans laquelle elles étaient installées pour vivre dans un endroit plus modeste mais qui convient plus à leur nouveau revenu. Entre Norland et Barton Cottage, Elinor (la fille dont ses sentiments sont dictés par la raison - « sense ») et Marianne (la fille dont ses sentiments sont dictés par les sentiments - « sensibility ») trouvent l'amour mais comme dans toutes les histoires de Jane Austen, tout ne se passe pas comme il faudrait.

Quand j'ai commencé cet article, je ne savais toujours pas quoi dire et surtout quoi penser de ce livre. J'ai mis plusieurs mois à le lire. Certes, il était en anglais et dur à lire (autant que peut l'être un roman de Jane Austen) mais ce n'était pas la seule raison qui a fait que j'ai mis autant de temps. J'ai eu beaucoup de mal à rentrer dans l'histoire. La mise en place de l'histoire, des personnages est assez longue. Le personnage principal, Elinor, ne m'a absolument pas touché. Je l'ai trouvé trop rationnelle dans ses pensées. Justement des deux sœurs, elle est la raison, celle qui fait d'abord passer sa tête avant son cœur. Mais le problème de décrire un personnage de cette façon-là, c'est que bien qu'elle ait des sentiments, qu'elle soit blessée ou autre, on ne le ressent pas à travers l'écriture, car elle réfléchit toujours de façon posée. Il manque quelque chose pour nous la faire apprécier complètement. Ce qui fait, comme nous voyons toute l'histoire à travers elle, on voit tout et ressent tout de façon « froide ». Ce qui m'a empêché d'apprécier ma lecture. Quand aux autres personnages, j'ai eu beaucoup de mal à pouvoir m'y attacher. Finalement, les sœurs Dashwood ne passent pas tant de temps que ça avec leurs « amoureux ». Je trouve que l'auteur a passé beaucoup trop de temps sur la mise en place des obstacles, ce qui se passait dans la société à cause de ces obstacles et assez peu sur la résolution de leurs affaires de cœur. Surtout pour Marianne. On voit dès le début que son « amoureux » l'aime mais elle ? Jusqu'à la fin, je me suis toujours demandé si elle l'aimait vraiment. Il n'y a qu'une seule (et non je ne rigole pas) ligne qui évoque comment elle en est tombé amoureuse. Et encore, je trouve que c'est trop facilement trouvé. Il n'y a absolument pas eu la partie romantique de leur relation. Voilà ! J'ai trouvé ! Ce que je trouve dommage dans ce livre, qui me manque complètement c'est la partie romantique des relations, comment les deux personnages tombent amoureux l'un de l'autre ! Ces scènes sont passés totalement à la trappe ! On a beaucoup de choses, beaucoup de scènes mais pas celles-là. Le peu qu'on a eu ont été gâchés par le côté rationnel d'Elinor ou ont été vraiment trop courtes pour qu'elles aient la valeur émotionnelle qu'on attendait.

Au final, j'attendais beaucoup de ce livre. J'en attendais peut-être un peu trop. Je voulais revivre les même émotions que j'avais pu ressentir en lisant « Pride and prejudice » avec des personnages et des histoires différentes, mais toujours des sentiments forts. La seule chose que j'ai ressenti a été de vouloir en finir avec ce livre. La fin a relevé un peu mon avis de ce livre car justement Elinor s'est laissé à montrer ses sentiments. Mais ce n'est pas assez pour dire que j'ai aimé ce livre. Il manquait tout ce côté romantique.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire