dimanche 8 juillet 2012

[Tennis] Roland Garros 2012, un week-end inoubliable (Jour 2)


          Dans mon précédent article, je vous avais fait un résumé de mon premier jour à Roland Garros. Cela avait été une journée incroyable et irréaliste. Cet article va raconter mon deuxième jour qui a été, je ne le croyais pas possible, encore plus irréaliste et qui a réalisé un de mes plus grands rêves.

Le lendemain matin, le dimanche, on était à 9h30 devant les portes de Roland Garros. Cette fois-ci, on voulait assister aux entrainements des joueurs et en particulier celui de Novak. Après être entrées, ce fut le véritable parcours du combattant. Ni le twitter de Roland Garros, ni celui de France TV Sports ne donnaient aucunes infos concernant les entraînements donc on a décidé de faire le tour des cours annexes en commençant par le terrain n°4, puis le n°5, 6, 7 jusqu’au n°20. On a assisté à quelques entraînements de jeunes mais pas de signes de notre Serbe préféré. Mon amie voulait abandonner et aller prendre nos places sur le Chatrier mais il nous restait assez de temps pour aller voir sur les courts n°2 et 3. Après une grosse négociation, j’ai réussi à la convaincre d’y aller et quelle bonne idée j’ai eu ! En arrivant, je me rappelle m’être bloquée en haut des escaliers, mon amie est arrivée et je me souviens lui avoir dit « dis… c’est bien lui ? C’est Djoko ?». Il faut savoir que je suis Novak Djokovic depuis 4 ans et qu’il est mon joueur préféré sur le circuit. Je me retrouve dans son jeu et dans ses gestes. Pour moi, il a un mental d’acier et un physique impressionnant. En un mot, il est exceptionnel. Sur un court, il est juste hallucinant. Alors le voir d’aussi près et le voir s’entraîner c’était juste un rêve pour moi. On s’est mis au 1er rang et on a assisté à tout l’entraînement. Comme ceux de la veille, c’est le même schéma : coup droit, revers, volée, service. 



Nous avons pris pleins de photos et de vidéos tout en essayant au max de profiter par nos propres yeux. L’entraînement n’était pas aussi impressionnant que celui de Rafa la veille mais c’était quand même magique. L’entraînement fini, il s’en va très rapidement sans signer le moindre autographe. Malheureusement pour nous car ce fut le dernier entraînement auquel on assista. On était déçue, mais ce n’était pas si grave, le plus important avait été de l’avoir vu d’aussi près s’entraîner et qu’on allait le voir dans l’après-midi ! En parlant de match, après que Novak soit parti, nous sommes parties prendre nos places sur le Chatrier pour assister au premier match : Sara Errani contre Svetlana Kuznetsova. 



Un match assez rapide : dans le 1er set, Kuznetsova a fait beaucoup de fautes alors qu’Errani, elle, faisait un sans-faute s’offrant ce set en un 6/0 claquant. Dans le 2ème, le match a été plus tendu mais tout de même remporté par l’italienne, remportant ainsi le match 6/0 7/5. Le match suivant était celui qu’on attendait le plus : Novak Djokovic contre Andreas Seppi ! Le speaker annonce les titres de chacun des joueurs et lorsque Novak entre sur le court : wow. Je venais à peine de réaliser que j’allais finalement assister en vrai à un match de mon joueur préféré au monde ! Et quel match ! 



Il m’a fait passer par tous les sentiments qu’il est possible de ressentir lors d’un match : stress, tension, gaieté, bonheur, crise cardiaque, suspens, etc. Ce n’était pas le Novak des grands jours, il faisait beaucoup de fautes, il ne bougeait pas aussi bien que d’habitude, ce qui a permis à Andreas Seppi de mener 2 sets à 0. Seppi lui au contraire a pris toutes ses chances. Je peux vous dire que je n’étais pas très à l’aise sur mon siège. Mon amie non plus. Première fois qu’on le voyait jouer en vrai et il risquait de perdre ?! Non, ça ne pouvait pas arriver ! 



En plus, sur le court d’à côté, on apprend que Victoria Azarenka (n°1) venait de perdre. Est-ce que ce dimanche 3 juin allait voir la chute des deux n°1 mondiaux ? Heureusement, Novak commence à monter son niveau de jeu, se crée plus d’opportunités et pousse un peu plus Seppi à la faute. Il remonte à 2 sets à 1, nous sommes dans le 4ème set et la tension est à son comble. Mon amie sort même du court, ne pouvant pas supporter que Novak perde. Pour ma part, je suis en stress mais ce n’est pas grave, je reste, je ne peux pas louper la moindre miette du match ! Et c’est bon, Djokovic remporte ce 4ème set et nous voilà parti dans un 5ème set décisif. Mon amie revient et on assiste à la victoire de Novak Djokovic : 4-6 6-7(5) 6-3 7-5 6-3 en plus de 4h10 de match. Ces 4h10 ont été les heures les plus intenses que j’ai vécu devant un match (quoique… je pense que la demie finale l’an dernière contre Roger Federer reste devant ^^). 
On nous laisse une vingtaine de minutes de repos (et de restauration, c’est fou comme un match peut ouvrir l’appétit) avant que Jo-Wilfried Tsonga entre pour jouer son match contre Stanislas Wawrincka. Au contraire du match précédent, Tsonga entre bien dans le match et mène 2 sets à 0. 



Puis, la machine s’inverse et Wawrincka parvient à égaliser 2 sets partout. 



Le public est derrière Jo, on scande son nom (certains font même des blagues sur sa pub Kinder Bueno…), tout le public est derrière lui ! Certains sont même déguisés en drapeau national pour soutenir le français et le suisse. 
C’est chaud, il commence à être très tard, on entame le 5ème et la nuit tombe. Va-t-on pouvoir assister à la fin du match ? La question est sur le bout de toutes les lèvres, on veut la victoire de Jo, on est complètement derrière lui. Les olas sont impossibles à terminer, les applaudissements empiètent de plus en plus sur le temps des joueurs, comme certains l’ont dit, on aurait dit une ambiance de stade. Je me demande si ça aide le joueur (ici Jo) ou si ça le perturbe pas un peu ? En tout cas, je trouve que les encouragements, pendant que Stanislas servait, était un peu irrespectueux vis-à-vis du joueur. Malheureusement, on ne pouvait rien y faire. 



Nous sommes à 4/2, il est 21h30 passé, service Tsonga à suivre et on voit le juge-arbitre entrer sur le terrain. On le sait, il va arrêter le match, il fait nuit, cela doit être impossible de jouer en bas, mais non, Jo n’est qu’à 2 jeux de la victoire, qui sait ce qui peut se passer avec la nuit et le lendemain ? Ce n’est pas possible d’arrêter le match à ce moment-là. Mais si, le match est interrompu officiellement à 21h36. Score : 6-4 7-6(6) 3-6 3-6 4-2.
                On regarde une dernière fois le court Philippe Chatrier, c’était notre dernière journée à Roland Garros. Le lendemain, on ne verrait les matchs qu’à travers notre télévision. Mais l’adrénaline du match court encore dans nos veines et sur le chemin du retour, on ne faisait que penser au match de Tsonga, comment il avait été arrêté, ce qui pouvait se passer le lendemain, etc. On reparle également du match de Djokovic, de la frayeur qu’il nous a faite. Il est 23h30 quand on arrive enfin chez mon amie. Nous sommes épuisées mais impossible de ne pas revisionner les photos et vidéos faites. Puis finalement, la fatigue a eu raison de nous.

                Ce fut 2 jours incroyablement merveilleux. Roland Garros a été juste tout ce que j’avais rêvé que ce soit, j’ai assisté à des matchs incroyables, à ceux des joueurs que je voulais voir. Mes rêves sont devenus réalité. Alors merci à Roland Garros d’être Roland Garros, aux personnes s’occupant des twitters de Roland Garros (fr) et de France TV Sports et à l’année prochaine !

2 commentaires: