mercredi 4 juillet 2012

[Tennis] Roland Garros 2012, un week-end inoubliable (Jour 1)




Je fais du tennis, j’adore le tennis, j’en suis fan, c’est ma passion. Et cette année, pour la première fois, j’ai pu me rendre aux internationaux de France : Roland Garros avec une amie. Dès la mise à disposition des places (en janvier), j’ai nos pris 2 places pour ce week-end, celui du 2 et 3 juin 2012. Et nous voilà, 6 mois après, devant la porte d’Auteuil à attendre pour rentrer.
On avait 1h de trajet RER et métro pour se rendre à Roland Garros. Facile en ce samedi matin, ça risquait d’être plus dur le soir pour rentrer, mais il ne fallait pas y penser, on arrivait enfin à Roland Garros ! 10h, nous étions devant les portes. J’ai trouvé très bien organisé le système pour rentrer : d’abord fouille des sacs, puis 50m plus loin, la récupération de la contre marque, puis 10m plus loin la vérification avec la carte d’identité. Finalement, on a passé les contrôles en dix minutes.



1ère étape : acheter la grosse balle jaune ! On a un peu vu à la baisse nos intentions et nous avons acheté la balle moyenne. 2ème étape : trouver le Chatrier. Très facile, face à l’entrée, notre première impression : il est immense ! Depuis l’extérieur, on essaie de voir où sont nos places mais ce n’est pas possible.



Le premier match ne nous intéressant pas des masses, on décide de visiter le site avant de prendre nos places dans le Chatrier. Grâce au Twitter officiel de Roland Garros et France TV, je savais que sur les courts annexes il y avait une chance d’apercevoir les entraînements de certains joueurs. Au fil de notre découverte du site, on checkait les cours et on tombe par hasard sur l’entraînement de Nicolas Almagro. 



On n’a pas osé s’approcher trop mais de loin c’était quand même impressionnant. Il devait être presque 11h et le site était noir de monde. Roland Garros c’est grand, le Suzanne Lenglen, le Philippe Chatrier et le court n°1 sont immenses. On était comme deux gosses le jour de Noël. L’écran géant collé au court n°1 diffusait le programme du jour et des vidéos des matchs de la veille. Et là, le Twitter de Roland Garros annonce les entraînements des joueurs : Gasquet à 11h30 sur le court n°5, Nadal à 12h30, Federer et Tsonga à 14h sur un autre. Automatiquement, on se dirige vers le n°5 (mon amie est fan de Richard) où un entrainement est déjà en cours. Au début, on a du mal à savoir qui s’entraîne puis finalement (et à notre plus grande honte de ne pas l’avoir reconnu), on découvre que c’est Tommy Haas ! 



Adversaire de l’après-midi de notre français Richard Gasquet ! L’entraînement est classique : coup droit, rever, volée, smash et service. Le tout dure une trentaine de minute et à la fin de son entraînement, il vient signer quelques autographes. Plus on approche de 11h30, plus les gradins se remplissent, on sait que Gasquet va arriver et le voilà qui fait son entrée. Le public l’acclame et il commence son entraînement. 



Même schéma que Haas. Le voir taper la balle d’aussi près est exceptionnel. 30 minutes sont passées et il sort sans signer d’autographe malgré les appels du public (ou il les a signé dehors, je ne suis plus très sure). Il est midi et Nadal est attendu pour 12h30 et c’est là où on voit combien le public l’aime et veut le voir car les gradins sont blindés. Derrière nous, Sharapova s’entraîne mais impossible d’aller voir sans perdre nos places et soyons francs, je préférais voir Rafa à l’entraînement que Maria Sharapova. D’abord son sparring partner arrive, il est jeune. Puis Rafa et son oncle Toni arrivent, l’un comme l’autre sont acclamés par le public (oui oui même Toni !). L’entraînement commence et on voit la différence entre celui de Rafa et des deux précédents. Dès le début ça tape bien et fort. D’ailleurs, mention spéciale au jeune garçon qui s’entraînait avec Rafa, il a du niveau le petit ! 



Rafa a fait un peu le show durant sa session avec des jongles (foot), etc. Malgré qu’il soit au top, on le voit prendre conseil auprès de Toni. D’un point de vue d’une joueuse amateur, j’ai été bluffé par cet entraînement. Il m’a littéralement fait rêver. 45 minutes plus tard, il arrête son entraînement et commence à signer des autographes de l’autre côté du cours (derrière la chaise d’arbitre). Avec mon amie, on se dit que c’est loupé, il ne viendra pas nous en faire (on était à l’opposé). Mais si, après avoir fini un côté, il se dirige vers nous en souriant. Et on obtient notre deuxième autographe ! Super gentil de sa part, dès qu’il quitte le court, les gradins se vident également et on se dirige vers le court Philippe Chatrier ! Julien Benneteau et Janko Tipsarevic avaient déjà commencé leur match et on ne voulait manquer pour rien au monde notre premier match sur le Central. Malheureusement (et c’est compréhensible), on doit attendre le changement de côté au 3ème jeu pour pouvoir prendre nos places. Mais en attendant dans l’escalier, on a une vue sur le court et on est époustouflée. Même d’aussi haut (couronne haute et au milieu), on voit bien le terrain et les joueurs ! On distingue même les traces que fait la balle sur la terre battue ! On était en plein rêve, on réalisait à peine qu’on avait vu Richard Gasquet et Rafa et qu’on allait entrer et prendre place dans le court Central Philippe Chatrier ! Des mois qu’on attendait ça, même des années en fait et nous y voilà et c’était juste incroyable ! Enfin, nous avons pu rentrer et prendre nos places. La vue était encore mieux de nos places ! Le rêve absolu ! Et la chaleur absolue ! Malgré la crème solaire, je suis devenue rouge ! Enfin jusqu’à ce que je me rende compte que j’avais pris de l’indice 15… ma pauvre peau blanche d’informaticienne en a pris un gros coup de soleil ! 



Côté court, mention spéciale à Janko Tipsarevic qui nous a montré toute l’intégrité qu’il a en tant que joueur en signalant bon nombre de balles annoncées fautes par l’arbitre comme bonnes (au contraire de notre français qui joue une balle, perd le point et demande à l’arbitre de revoir un des impacts et d’annoncer la balle faute). Le public était totalement pour Julien mais malheureusement c’est Janko qui gagne le match : 6/3 7/5 6/4. Ce match terminé, prenait place le match qui opposait Maria Sharapova contre Shuai Peng. Malheureusement, la chaleur étant trop insoutenable, on a préféré sortir pour aller se chercher de l’eau et profiter de l’ombre. Mon amie est remontée pour voir le deuxième set, j’ai attendu les 2 derniers jeux pour y retourner (à ma décharge, j’étais aussi rouge qu’une écrevisse et je ne voulais pas trop cramer). 



Comme on l’espérait, c’est Maria Sharapova qui l’emporte en deux sets : 6/2 6/1. Et enfin le match qu’on attendait de voir : Nadal vs Schwank. Après l’entraînement auquel on avait assisté le matin, c’était avec impatience qu’on attendait de voir Rafa jouer. Et on n’a pas été déçue. Bon, je dois être franche, j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de fautes du côté de notre espagnol préféré et malgré un score assez sec (6/1 6/3 6/4), les jeux étaient en soi très disputés, ils finissaient assez souvent sur des égalités/avantages. Mais, c’est là qu’on voit la différence entre le 192ème mondial et le n°2 mondial : à la fin c’était toujours Rafa qui remportait les points décisifs. 



En parlant du match de Rafa, je ne peux que mentionner également le match qui se déroulait sur le court n°1 à côté.  En effet, notre Paulo national jouait contre Marcel Granollers en même temps que Rafa. Les « Paulo !!! Paulo !!! Paulo !!! » réussissaient presque à couvrir nos « Rafa ». Sauf lors des changements de côtés. C’est là qu’on voit que le public français soutient quand même ses joueurs, à chaque changement de côté, à l’affichage sur les tableaux géants des scores des autres terrains, le public s’enflammait et acclamait Paulo. J’espère qu’il nous a entendus. Malheureusement, il a perdu son match en 5 sets mais pour un revenant (18 mois d’arrêt pour blessures et 2 opérations), il en avait fait du chemin ! Sur le Chatrier, Rafa remportait son match et notre première journée à Roland Garros se terminait. Mais, avant de partir, le speaker annonçait le programme de la journée suivante. On était à l’écoute en priant que Djokovic soit programmé sur le Chatrier. 1er match annoncé sur le Chatrier : Sara Errani vs Svetlana Kuznetsova. Okay. 2ème match annoncé : Novak Djokovic vs Andreas Seppi. La dizaine de rangées autour de nous s’est retourné : deux folles qui sautaient partout ça n’est pas passé inaperçu mais on assumait : on allait voir en vrai et sur le court Chatrier notre joueur préféré !! Un rêve qui devenait réalité !

Ce jour-là, j’ai failli avoir l’occasion de voir une personne de Twitter que j’ai connu l’an dernier, grâce au twitter de France Tv Sports si je me souviens bien, lors justement de Roland Garros. Et depuis, on parle et commente ensemble les différents tournois. Malheureusement, trop de monde lors de l’entraînement de Rafa et pas dans la même tribune sur le Chatrier, on ne s’est pas croisé une seule fois. L’an prochain, il faudra qu’on essai !

Comme on l’avait prévu, le retour a été une vraie torture. Mais on n’a pas pu s’empêcher de revivre notre journée, les entraînements et les matchs et moi de « On va voir Nole demain ! ». On est rentré, on a mangé, pris notre douche et regardé nos photos prises dans la journée. 

2 commentaires:

  1. Ca me rappelle des (lointains déjà, 2 ans) souvenirs ! Allez, j'y retourne l'an prochain !

    RépondreSupprimer